19 septembre 2013

Photos

Avec une meilleure connexion, nous avons pu insérer des photos dans l’article précédent…

Jetzt sind einige Fotos in den letzte Text.

Posté par Mapatoclaya à 01:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 septembre 2013

Californie du Nord - Nord Kalifornien

(Le texte en français est sous le texte allemand).

Ein paar Wochen sind jetzt schon vorbei, dass wir kein Lebenszeichen von uns gegeben haben. Dies liegt aber in erster Linie daran, anderwertig als mit Urlaubmachen beschaeftigt gewesen zu sein, selbst wenn die ganze Unternehmung aus der Ferne sehr wohl danach aussieht.

Seit unserer Ankunft in den USA sind wir zuhoechst von der Freundlichkeit der Amis begeistert. Sei es an der Einreisegrenze, wo Gaenseleber und Co als Mitbringsl fuer unsere Freunde in San Francisco locker durchgegangen sind, so wie wir 5 selber, ohne einen Rueckreisenachweis zu haben. Der Reisemobilverkaeufer, der uns ohne Widerrede einen Gutteil unseres Transchlgeldes in Bar- oder Bankform abgenommen hat, dafuer im Tausch ein ganz tolles Fahrzeug bietet, natuerlich mit Check auf Niere und Leber: nur Herz hat er anscheinend vergessen, denn nach knapp 500 km sind wir ohne das Ding wieder in Gang zu kriegen, mitten in einer groesseren Stadt auf einer echt stark befahrenen Durchzugsstrasse hoffnungslos gestrandet. Bis das Ding abgeschleppt, repariert und wieder einsatzbereit war haetten wir auf den nahgelegenen Pazifikstraenden einen Ritt auf dem Ruecken der Grauwale, Seerobben oder Schwarzdelphine machen koennen, nur durften wir den Hof der Werkstatt ueber Nacht nicht einfach so verlassen, um in weiterer Folge nicht als Ein- oder Ausbrecher behandelt zu werden. Amerikanische Sheriffs haben ihren bekannten Ruf, das muss nicht gleich sofort sein.

So wie bei euch zu hause hat auch bei unseren Kindern, und somit uns Lehrern ein neues Schuljahr begonnen. Zum Glueck sind die kids bei dem auf Mathematik und Franzoesisch reduzierten Unterricht genau so begeistert dabei wie beim Surfen, Paddelboarden, Sequoiariesenbaeumeseiltanzen, Fischen, Basteln, Lesen oder ganz einfach auf den Vulkanen, in den immensen Waeldern, an tiefblauen Seen, in Geisterstaedten aus dem kalifornischen Goldfieberalter, an den Badestraenden des Pazifik, wo rauhe 55 Grad Wassertemperatur vom Baden abschrecken (Fahrenheit natuerlich). Die Umrechnerei ist ein echter Graus, spaetestens wenn man mit unserem Tioga mitten im Holzplattenlager steht, die Kinder im Bus ordentlich Gas geben, die Auswahl der Materialen nicht leicht faellt, der Verkaeufer eigentlich lieber nach hause gehen moechte als sich mit ein paar, dem amerikanischen Kaugummienglisch unmaechtigen Touris wegen ein paar Quadrat-Fuessen Spanplatten die schon laengst angegrauten Haare auszuraffen. Der Trick mit dem Kautschi funktioniert tatsaechlich, besser aber und magenfuellender ist auf Dauer amerikanisches Brot, weiss, dunkel oder kornig ist gleich, schmeckt aehnlich, aber davon den Mund ordentlich vollnehmen und ungehemmt darauflosplappern, das schindet Eindruck und kommt dem Einheimischenslang ziemlich nahe, einer ordentlichen Nasenverstopfung im Franzoesischen aehnlich!

Noch haben wir die Hoffnung nicht aufgegeben, einem Schwarzbaeren etwas von unseren gewaltigen fast food sandwichs abzugeben. Nur brennen die Waelder im beruehmten Yosemite Nationalpark momentan dermassen, dass die Burschen und Damen andere Luftkurorte frequentieren als wir dies tun. So muessen wir uns mit Luchsen, Hirschen, Falken, Pelikanen, Ottern, selbst Erdstreifenhoernchen, kleineren Schlangen vor allem aber pfannenweise gebratenen Forellen (vom Juniorchef gefangen, vom Seniorchef am beinahe allabendlichen Holzfeuer zubereitet) zufrieden geben, aber nachdem wir weiters nicht kompliziert sind … werden wir herausfinden, wo sich die Jungs aufhalten.

Die taegliche Abwechslung im Land der Superlative ist einfach enorm, wir geniessen jeden Moment in vollen Zuegen und sehen, dass auch die Kinder mit der Zeit diese Art des Unterwegsseins schaetzen lernen. Unterwegssein um Neues kennenzulernen, ohne genau zu wissen, wie dieses Neue aussehen wird, wo dieses Neue zu finden sein wird, ob dieses Neue fuer uns ueberhaupt interessant ist. Mit offenen Sinnen in den neuen Tag, so wuenschen wir uns den naechsten Tag und denken dabei sehrwohl an alle Hinter-, Zurueck- oder Zuhausegebliebenen, denn geteiltes Leid ist halbes Leid, geteiltes Glueck ist doppeltes Glueck. In diesem Sinne, euch alles Gute, Spass und Freude bis auf ein Weiteres!

… on the road again

Mapatoclaya (Die Fotos dann naechsten Mal)

 

Ouf, que de moments intenses déjà vécus depuis notre départ de Jarsy ! Et nous n’avons toujours pas entamé notre descente vers le Sud, puisque nous sommes toujours à la hauteur de San Francisco…

La première semaine a été consacrée à la recherche de la maison roulante de nos rêves. Pas facile, au pays des superlatifs, de trouver un véhicule “raisonnable”, que nous nous imaginons à la fois pouvoir héberger notre petite tribu mais aussi pouvoir passer un peu partout… Finalement nous avons réussi à trouver un “petit” modèle de 7m30 qui nous convient parfaitement, et tout le monde a vite adopté (voir l’engin sur la page consacrée). La finalisation de l’achat a duré un peu, mais l’accueil chaleureux de Claire, Alex et Lucie a fait de cette semaine “d’attente” un vrai beau moment. Yan est devenu d’emblé fan de surf (merci Alex pour ta patience de coach) ; Clara a peaufiné son anglais en chantant avec Lucie; Tobias a démarré tout en douceur son sevrage de yaourts… et les parents ont profité d’une très chouette introduction à la vie américaine.

DSC_0236 

P1010519

Nous avons quand même, entre les leçons de surfs, les observations de phoques, de pélicans et même de baleine, pris le temps de visiter San Francisco. Pour une grande ville, c’est plutôt l’impression d’espace qui nous est restée.

 

DSC_0269

Et puis ça y est, nous récupérons le Tioga (c’est le nom de notre véhicule). Nous partons aussitôt avec les Masselot vers le Nord, à la découverte de la côte sauvage et des grandes forêts de séquoias, les Redwood Forests.  Les plus hauts arbres du monde… Des troncs dont on ne fait pas le tour à nous 8, qui s’élancent d’un trait sur XX mètres !  Chacun déambule là au-milieu le nez en l’air et se laisse juste transporter par la puissance de ces arbres. Mais si le végétal fascine complètement les adultes (difficile de sortir Andreas de là), les animaux sont là aussi pour attirer l’attention des enfants: on ne compte déjà plus le nombre de biches avec leurs faons, et nous aurons même la chance d’observer plusieurs minute un bobcat, le lynx local.

DSC_0313

Juste de l’autre coté de la chaîne de collines, sur la côte Pacifique, ce sont les phoques et les otaries qui prennent le relais avec les loutres de mer et les toutes premières baleines qui descendent vers le sud: jet d’eau, dos et queue, le spectacle répété est fascinant. C’est sur ce moment magique que nous quittent Claire, Alex et Lucie. Encore un grand merci à vous trois pour ce superbe tremplin vers le voyage que vous nous avez offert. Pour nous c’est encore une étape de plus. L’étape suivante est franchie lorsque nous passons notre première nuit (probablement pas la dernière) dans un garage, après être tombés en panne au milieu de la rue principale de Eureka. Ce n’était “que” la fin de vie de la batterie… ça y est, cette fois nous sommes définitivement dans l’ambiance voyage !!

 Tranquillement, le temps de trouver notre rythme, nous roulons vers l’est, vers le parc national du Lassen Peak.  Ce sera le point de départ de notre itinéraire au fil des volcans de la Ceinture de Feu du Pacifique. Le Lassen Peak lui-même n’a plus connu d’activité depuis 1915, mais les lacs bouillonnants et les vapeurs de souffrent sont suffisants pour impressionner Tobias “Je veux pas voir le volcan qui sent pas bon !”. Il sera donc exempté de la courte ascension du Cinder Cone, magnifique cratère à la forme parfaite qui ne sent pourtant rien. Pas dramatique pour lui, il s’éclate avec Clara à courir après les écureuils (les vrais) et les chipmunks, ces petits écureuils d’ici qui ne grimpent pas aux arbres mais vivent au sol et sont particulièrement rapides.

 

P1020131

DSC_0418

Nous continuons d’enchaîner les paysages variés avec le lac Tahoe, très grand lac d’altitude aux eaux incroyablement claires. On pourrait presque se croire aux Antilles, si ce n’étaient les pins qui remplacent les palmiers et… la température de l’eau. Nous sommes quand même à plus de 2000m. Dans cette région de montagne, nous nous sentons à l’aise et nos étapes sont courtes de lacs en rivières, ce secteur est un paradis de pêcheur. Avec celui que nous avons à bord du Tioga, nous ne tardons pas à faire nos premiers repas de poissons ! On pourrait même dire de poisson fumé, puisque, en fonction du vent, nous recevons déjà la fumée du grand feu du Yosemite qui brûle depuis trois semaines.

Et en effet, la portion de route qui nous sépare encore de l’entrée du Parc National a des allures de fin du monde: on n’appercoit pas les montagnes a travers l’épaisseur de l’écran de fumée. Et pour assurer la lutte contre l’incendie, qui est désormais presque maîtrisé, les pompiers ont fermé la route qui traverse le parc. Nous pouvons quand même monter dans la partie ouest, les Tuolomne Maedows, mais impossible d’accéder à la Yosemite Valley… C’est quand même un comble, coincés à quelques encâblures du Capitan ! Terrible, nous serons OBLIGES d’y revenir pour un prochain voyage…. (il y a comme un petit appel du pied à Olivier et Kelly). Mais en fait ce n’est pas dramatique du tout, puisque nous profitons du coup de cette partie du parc avec étonnamment peu de monde. Les dômes de granit sont un terrain de jeu fabuleux pour les enfants qui grimpent partout, puis nus en adhérence. Tout le monde en profite, et les belles vues dégagées que nous arrivons à avoir le matin, avant que le vent ne ramène la fumée, ne font que nous donner envie de revenir avec le matériel d’escalade.

 P1020434

P1020400

Nous pourrions encore vous parler des incroyables concrétions de tufs du Mono Lake, du retour 150 ans en arrière dans la ville fantôme de Bodie, mais le raccourci le plus rapide c’est que nous ne nous lassons pas de la Californie du Nord.

Mais il ne faut pas croire, l’école a recommencé ici aussi, et même un peu plus tôt qu’en France. Yan et Clara sont studieux au moins une heure tous les matins et ils ont bien pris leurs marques pour cette aspect-là du voyage aussi. Nous travaillons encore un peu sur l’attention qu’il faut arriver à garder dans toutes les conditions, mais ça marche plutôt bien.

 P1010986

Au plaisir de lire de vos nouvelles prochainement,

MaPaToClaYa

Posté par Mapatoclaya à 02:03 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

11 août 2013

Davaï

Davaï ! Yala yala ! Chalte chalte ! Andiamo ! Auf geht's Buam ! En avant !  Vamonos ! Let's go AmericaS !

"Et il n'est rien de plus beau que l'instant qui précède le voyage, l'instant où l'horizon de demain vient nous rendre visite et nous dire ses promesses."(Milan Kundera)

C'est vrai que c'est beau, même si c'est un peu éprouvant (préparatifs, déménagement de la maison, enfants surexités) ... Et oui ça y est, c'est presque parti. La maison est dans les cartons, prête à accueillir ses nouveaux occupants pour les 12 mois qui viennent (on espère que vous aurez le plaisir de rencontrer Samuel, Géraldine, Wakan et Isaia).  Mercredi matin nous prenons l'avion de Genève à San Francisco. Les premiers jours, chez Claire, Alex et Lucie, seront consacrés à l'achat du camping-car et puis zou ! Quelques semaines dans les grands parcs de la côte ouest pour nous "rôder"; ce sera le tremplin pour la suite, direction plein sud: Mexique, Amérique centrale puis le nord de l'Amérique du sud.

La graine du voyage a germé il y a déjà bien longtemps; elle a poussé plusieurs années, tantôt bien arrosée par des gouttes de rêve, tantôt ralentie par les éléments de la vie, pour donner finalement une belle plante qui éclot aujourd'hui : 1 an, tous les cinq, pour parcourir l'Amérique latine.

Mais comme nous sommes bien dans les Bauges, il s'agit plutôt de partir pour mieux revenir. A très bientôt donc, c'est promis !

P1010358

 

im Jahre Schnee, wo wir noch jung, verliebt und kinderlos waren, hat uns das Reisen schon fasziniert - damals quer durch Asien, und es war sonnenklar, dass sollte sich familiaer einmal die Situation ergeben, aehnliches mit den kids erleben zu duerfen, so wuerden wir dies vielleicht in Erwaegung ziehen. Jetzt sind's schon ein paar Jahre her, dass wir zunehmend an so eine Art Reise denken, zuerst war der Arabientrip aktuell, nur im Moment nicht verwirklichbar, und dann, ja dann, war nach laengerer Ideenpause die Tour Nord-, Zentral- und Suedamerika geboren. Nur wie sich das alles im genauen organisieren laesst, war uns zunaechst noch unklar. Da sind ein paar so Dinge wie Beruf, Schule, Haus, Autos, Versicherungen, Bankgeschaefte (und die dazugehoerigen Reserven) ... im Vorfeld einigermassen abzuklaeren, bis wir uns endlich soweit fuehlten, unseren schoenen Bauges ade zu sagen, aber es gibt ein Wiedersehen, so wie mit all unseren Freunden, Familie und unserem vermieteten Nest, das zwischenzeitlich warm gehalten wird, und das ist uns auch sehr recht so.

Es stimmt wohl, dass es zu Hause und der Umgebung enorm viele Dinge zu Erleben, Kennenzulernen und zum Geniessen gibt. Aber woanders ist auch schoen, und davon werden wir dann von Zeit zu Zeit berichten, aber vorerst bleiben uns noch 2 Tage bevor es zum Flug ueber den grossen Teich losgeht.

Also, auf gehts Buam und Diandla, in ein neues Abenteuer - on the road again, ane echtn Vagabundn sogi da hoalt nua! ... und selbst wenn wir jetzt fuer eine Weile nicht da sind, so sind wir in Gedanken immer bei Euch!

Posté par Mapatoclaya à 17:57 - Commentaires [6] - Permalien [#]

On présente le voyage à l'école

Au mois de juin, on a présenté notre grand voyage dans notre classe (Clara chez Anne-Maud et Yan chez Fredo), comme ça les copains savent déjà un peu ce qu'on va faire et où on va aller. Ensuite, on va envoyer des messages quand on peut pour expliquer ce qu'on fait, ce qu'on aime, ce qu'on n'aime pas.

Wir haben schon in der Schule unsere Grosse Reise vor die Schulkameraden vorbereitet, so dass sie ein bissen wissen wo wir fahren. Dann werden wir versuchen so viel wie möglich zu schreiben, um zu erklären, was wir machen und was uns gefällt/nicht gefällt.

DSC_0082

 

Posté par Mapatoclaya à 11:28 - Commentaires [5] - Permalien [#]